La Fille D'Octobre

Forum pour parler du groupe français La Fille D'Octobre
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mes textes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ben

avatar

Masculin
Nombre de messages : 193
Age : 23
Date d'inscription : 21/05/2008

MessageSujet: Mes textes   Mer 21 Mai - 22:42

Voilà je me lance en vous exposant mes quelques poésies et chansons.
J'attend votre critique (bonne ou mauvaise) avec impatience Very Happy

Deux poésies pour commencer le sujet ^^
Funambule
J'avance d'un pas sur cette étendue fragile
Mais je suis la victime d'une ére difficile
Je continue sur le fil de cette malheureuse vie
Je sens la peur de soi, cette honte qui m'assassine

Je me forge un écu dans lequel je trouve la beauté
De tous ces jours tragiques où je cherche à me cacher
De mes sons lyriques j'échappe à l'envie de tout quitter
Mais mes silences peureux ne sont que de vaines libertés

Si le néant s'installe au creux de mes propres pensées
Mes veines, mes paumes de mains se retrouveront déchirées
Mais si par simple gourmandise je tombe vers l'excés
Ces vaines nuits profondes passées à agoniser

De l'ivresse anesthésiante, je crie ma liberté
Des paroles condescendantes, j'écris ma destinée
Devenir un être similaire, j'y suis presque forcé
Me regardant dans le miroir, je me sens condamné

J'avance d'un pas sur cette étendue fragile
Espérant que tous ces mots ne soient pas futiles
Contrairement aux autres, mon esprit n'est pas puéril
Mais j'ai conscience de cette époque, je me sens inutile

Tel un funambule je subis ce fil dévastateur
Tel un funambule je subis les rires des détracteurs
De ma plume, je délivre mon âme qui a peur
De ce présent, le futur sera bonheur

Des fils désaturés
Plus une goutte d'émerveillement
Dans cette pluie déchaînée
Un grésil où l'enfant
Seul, reste égaré

Une grêle d'amertume
Vient innonder la vallée
Où seul, je regarde le bitume
Aspirer l'onde si détestée

Des ruines se découvrent
Dans mon esprit si fermé
D'un sourire je recouvre
Ma peine dure à cerner

Un lyrisme, ce passage
Un séisme, ce marécage
Une antre qui cache son visage
Une grotte sombre sans ménages

Je subis des quintaux de moquerie
Des plus jeunes, des plus vieux, ils en rient
Ces métamorphoses qu'Ovide et qu'Apulée
Malgré leur plume érudite, ont très vite oubliées

La vie nous change, la mélancolie nous ronge
Un sentiment de nostalgie, une émotion pleine de songes
Je ne pense qu'à une suite que j'espère plus proche
Malgré la chute du sable que je lui reproche

Au revoir innocence, au revoir le bonheur
Bonsoir l'espérance, bienvenue aux erreurs
La vie nous change, et même les anges
Ne pensent plus aux silences de nos sombres dimanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Hyatt
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 613
Age : 31
Localisation : Roubaix
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Mes textes   Mer 21 Mai - 23:55

Si j'aurais pu écrire comme ça à ton age!
Tu as un sacré talent!

Au plaisir de te relire! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lafilledoctobre.forumpro.fr
Ben

avatar

Masculin
Nombre de messages : 193
Age : 23
Date d'inscription : 21/05/2008

MessageSujet: Re: Mes textes   Jeu 22 Mai - 18:57

Merci beaucoup, je suis touché Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayaelle

avatar

Féminin
Nombre de messages : 422
Age : 26
Localisation : Lost in the darkness
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: Mes textes   Sam 24 Mai - 3:08

T'es sûr que tu as bien 14 ans? Shocked Laughing Tu écris magnifiquement bien! J'ai une préférence pour le 2e, il m'évoque plus de sentiments mais, franchement, tu possèdes une plume du tonnerre! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flightwithme.blogspot.com/
Ben

avatar

Masculin
Nombre de messages : 193
Age : 23
Date d'inscription : 21/05/2008

MessageSujet: Re: Mes textes   Sam 24 Mai - 20:07

Merci beaucoup, je peux en dire autant de toi, car les deux textes que tu as proposés sont géniaux, bien que tu les aies écrits à l'âge de 13 ans! Smile

Sinon, je vous propose quelques chansons (refrain en gras) :

Onirique
Je sens la douleur sur ma peau, la peine dans mon âme
Pourquoi me bouscules-tu, aimes-tu faire verser des larmes?
Je coupe le lien qui nous relie, toutes ces joies je les renie
Emprisonné dans tes filets, je rêve pour me délivrer

Dieu onirique, emporte-moi loin de ces coups de mes émois
Valse onirique, emméne-moi dans tes méandres loin des lois
Misére et solitude, toutes les routines et habitudes
Casse le verre de la sombre ivresse, protége-moi pour cette nuit


Lune de glace, je t'en supplie, redeviens celle de mes nuits
La douce, l'innocente, le diamant du sans-souci
Lune, je te dédie cette ballade, entend-la
Illumine mes envies, donne vie à mes songes
Eloigne cet être qui me ronge

Au gré du vent je suis l'oubli, je veux le vide
Au fil du temps je suis l'ennui, je sens l'avide
Les froides mains sur mon visage, la brûlure des présages
Les songes d'hiver s'en sont allés, je suis redevenu jouet

Dieu onirique, emporte-moi loin de ces coups de mes émois
Valse onirique, emméne-moi dans tes méandres loin des lois
Misére et solitude, toutes les routines et habitudes
Casse le verre de la sombre ivresse, protége-moi pour cette nuit

Dieu onirique, surmonte avec moi mes horreurs
Valse onirique, reviens vers moi tout en douceur
Lumière et similitude, quant au passé, mes habitudes
Casse le verre de la sombre ivresse, protége-moi pour cette vie

Skadi

Quand la poudreuse chasse le bel Hélios
Et que reviennent les beaux jours mal-aimés
Une euphorie hivernale emplit mon âme
Un bouclier se couvre sur mon derme caché
Sous tes bras bienfaisants, ton voile immense
Toutes les peines juvéniles sont vite oubliées
Je sens ton souffle, j'écoute mon coeur qui clame
De joie si tant convoîtée, Ô Skadi, je suis libéré

Tant que le noir s'imposera au prématuré crépuscule
Que la neige diluvienne annoncera l'attendu solstice
Ô Skadi parséme ma vie de ta propre canicule
Apaise les démons de tes mains bienfaitrices


Un torrent glacial étouffe les jours
Savourés perché sur mon arbre blanc
Ta douce froideur écrase le passé
Ô là, laisse-moi arrêter le temps
Cet hiver me semblera encore si court
Comme tous ces moments, comme tous ces instants
Passés sur le chemin que tu m'as dessiné
Ô Skadi, je te prie depuis si longtemps

Couvre ce corps détestable
Cache les collines exécrables

Tant que le noir s'imposera au prématuré crépuscule
Que la neige diluvienne annoncera l'attendu solstice
Ô Skadi parséme ma vie de ta propre canicule
Apaise les démons de tes mains bienfaitrices


Les nuits défilent, le sable s'agglutine
Derrière le verre je vois tes mains dessinant
Ma délivrance, mais tu disparais vraiment
Reviennent alors mes tristes mines

Tant que le noir s'imposera au prématuré crépuscule
Que la neige diluvienne annoncera l'attendu solstice
Ô Skadi parséme ma vie de ta propre canicule
Apaise les démons de tes mains bienfaitrices


Songe d'une nuit d'été

La fée m'a endormi près de la rivière tranquille
L'eau était pourpre, j'y ai trempé mon exil
Les démons ont surgi du sombre infini
Plus la force, je suis soumis...

Veuve noire, pourquoi m'as-tu améné ici?
Sorcière, qui es-tu pour m'avoir trahi?
Veux-tu sentir ma peine, veux-tu me tailler les veines?
Plus la force, j'ai tant souffert
Juste le songe d'une nuit d'été

Espoir, où te caches-tu, m'as-tu abandonné?
Victoire, je ne te vis plus, m'aurais-tu oublié?
Sans but, sans présence, sans rêve, sans silence
Juste le coeur et l'âme blessés
Et le songe d'une nuit d'été

Disparu dans les ténébres...
Face à face contre les fantômes...
J'ai vécu le monde, la fièvre...
Je ne suis vraiment plus un homme...

Réveillez-moi
Endormez-les
Veillez sur moi, hypnotisé
Laissez sur moi l'empreinte du passé

Mais où es-tu ma fée?
Un silence pour parler
Une simple éternité
Un rêve dérobé
Un destin volé
Rien que le songe d'une nuit d'été

Pourpre
Comment d'une simple brindille ai-je pu innonder le sol
De son sang tant détenu, comment ai-je joué le bémol
Pourquoi d'une intruse détonation lui ai-je fait perdre la raison
Pourquoi le brouillard prend possession au milieu de cette saison

Doit-il mourir pour se délivrer du voile de l'innombrable damnée
Doit-il souffrir pour l'éloigner de ses deux yeux ensanglantés
Un invisible coup au coeur l'a noyé dans la rivière
Gardée par le Féroce, ce sombre gardien mammifère

Allongé sur la triste Terre, il agonise et pleure sa courte vie
Il s'efforce à lui hurler "Paix à mon âme vers l'infini"
L'ombre plane sur son corps innocent et limpide
L'incontestable sentence jouit alors du liquide

Je la vois, elle hante ses pensées
Il la voit, elle emprisonne ses souhaits
Va le vent et emporte les vérités
Va le vent et cache ses secrets
Suis le feu et brûle ses péchés
Suis le feu et éloigne les damnés

Ludo... Ludo...

Ce jeu a anéanti toute cette péripétie
Puérile à la chair, futile dans l'esprit
Perles d'une vie écourtée, l'or n'est plus à portée
Il est parti le corps innondé, tout son saoul s'est écoulé
Monde pourpre...

Simple Innocence

Je veux entendre les souvenirs et sentir l'odeur du passé
Je veux témoigner des faits, l'amour est-il éternel?
Je veux parler de jadis, des souffles dansant dans mon esprit
Dois-je connaître les sombres joies de ma vie?

L'argent odorant pousse aux printemps
Les jours fânés envahissent mes étés

Je pense à toi, simple innocence
Tu étais bien ma seule défense
Avec toi la vie n'est faite que d'insouscience
Sans toi la vie est sans clémence

On grandit sous les poids
On gravit seuls les pentes
On tombe à la renverse
Des monts d'espérance
On compte sur ses doigts
Chaque jour de descente
Des jours sans averses
De cette réminiscence


Je vois le noir sous mes pieds, je sens le vide dans mon âme
L'air est comme encombré, ma vie sera un drame
Courts moments de paix, catharsis pour aimer
Je te loue, Ô ange, donne-moi l'éternité

Une tristesse monotone surgit de l'automne
La fraîcheur d'un désert poursuit mes hivers

Je pense à toi, simple innocence
Tu étais bien ma seule défense
Avec toi la vie n'est faite que d'insouscience
Sans toi la vie est sans clémence

On grandit sous les poids
On gravit seuls les pentes
On tombe à la renverse
Des monts d'espérance
On compte sur ses doigts
Chaque jour de descente
Des jours sans averses
De cette réminiscence


Je veux l'ivresse d'un enfant jouant sur la terre éloignée
Je veux la soif d'un guerrier sauvant l'éternité
Je veux un jour d'avant, un jour sans défaillances
Je tire ma révérance
Ô Simple Innocence...

Misanthropie
Agir selon l'instinct tueur
Est-ce là ma philosophie?
Je compte jour à jour vos heures
De mon coeur de pierre, ma misanthropie
Je vous exécre


Tous ces jolis souhaits ne me semblent que mensonges
Ma foi fidéle serait-elle maintenant de vains songes?
Je vois Judas en vous, je sens le Mal qui me ronge
A l'obscurité, je crie pour que vos corps s'allongent

A jamais dans le néant, sous la garde de spectres
A la lumière d'un feu follet, je vous exécre

Me cacher pour échapper à la vue d'une foule indésirable
Jour après jour, nuit après nuit, je fuis ce monde détestable
Exécrable est la lueur des longues nuits d'insomnie
Passer à vous maudir, compter vos heures, compter vos vies
De mon âme si tourmentée, de ma misanthropie


Toutes ces peurs sous chaque lune, chaque soleil, chaque ciel
Seriez-vous de ces démons voués contre le Matriciel?
Gorgez-vous d'eau diabolique amère aux yeux d'un fidéle?
A l'obscurité de ma vie, je crie pour vous voir sans elle

Sans ivresse éternelle, sous la garde des ténébres
Sous les rayons d'un soleil noir, je vous exécre

Me cacher pour échapper à la vue d'une foule indésirable
Jour après jour, nuit après nuit, je fuis ce monde détestable
Exécrable est la lueur des longues nuits d'insomnie
Passer à vous maudir, compter vos heures, compter vos vies
De mon âme si tourmentée, de ma misanthropie


A jamais dans le néant, sous la garde de spectres
A la lumière d'un feu follet, je vous exécre
Sans ivresse éternelle, sous la garde des ténébres
Sous les rayons d'un soleil noir, je vous exécre
Jadis j'aimais vos présences si nécessaire à la mienne
Les idéaux, les pensées ne sont plus les mêmes
Je vous hais

Lux Deorum Est
Les bougies du désespoir s'éteignent, les cierges du Mal fondent
Les éclaireurs pansent mes plaies qui saignent, le sombre dessein s'effondre
Je dévoue un oracle aux aurores, ces danses de lumière scintillantes
Dans le voile opaque qui couvre les trésors, je découvre un espoir naissant

Loin du venin dévastateur, je prie les cieux de m'écarter
Des flaques écarlates et de ce verglas mort-né
Les lignes nuageuses s'éloignent vers un monde malsain
Des piéges recouverts par les rayons des saints

Lux Deorum Est

Un éclair pour une insomnie, une chaleur pour une vie
Sainteté limpide, libére-moi des chaînes de l'oubli
Rêvassant d'un lointain soupir, je vous prie
Lux Deorum Est


Je ne suis plus victime de cet arc désenchanté
Je subissais le monde de son insanité
Je vois la joie, les cris des enfants amusés
Je vous dois la folie, ô grandes divinités

Un éclair pour une insomnie, une chaleur pour une vie
Sainteté limpide, libére-moi des chaînes de l'oubli
Rêvassant d'un lointain soupir, je vous prie
Lux Deorum Est

Perles
Je te confie mes perles, mes secrets bien gardés
Toutes mes ivresses d'enfance, mes jouets abîmés
Toutes ces belles années, je ne veux pas les oublier
Beaucoup de souvenirs égarés, mais l'essentiel y est

Je te prête mes perles, mes démons assagis
Tous les anges du ciel, les raisons infaillibles
La beauté n'existe plus, mais je l'ai ressortie
De ce coffre à jouets, de ces livres perfectibles

Je le regarde à nouveau, ton visage sublimé
Je ne suis plus la même route, l'orage illuminait
Le chemin de la délivrance, un soupir divin
Qui me raméne mes chances, tout mes faits enfantins


Je leur dois toutes ces perles, toutes ces réminiscences
Des éléments brouillons, mais la mie en présence
Adieu corbeaux d'avant, bonjour les colombes
Je leur devrais ma bulle, et les fleurs sur ma tombe

Je te prête mes perles, mon esprit rafraîchi
Toutes ces nuits dehors avec les âmes sans merci
Je vois maintenant le monde à sa belle valeur
Les désaturations profondes deviennent couleurs

Je le regarde à nouveau, ton visage sublimé
Je ne suis plus la même route, l'orage illuminait
Le chemin de la délivrance, un soupir divin
Qui me raméne mes chances, tout mes faits enfantins


Je te confie mes perles, mes rêves pacifiques
Cachés sur une page d'un livre liturgique
God bless the child
Always and ever...

J'attend vos avis... Bonne lecture Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayaelle

avatar

Féminin
Nombre de messages : 422
Age : 26
Localisation : Lost in the darkness
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: Mes textes   Dim 25 Mai - 6:51

J'ai tout lu d'un coup, sans prendre mon souffle, une longue respiration mais aussi une bulle qui enfle, qui enfle, et qui n'éclate qu'à la toute fin! Quel talent! J'adore tes métaphores, tes tournures de phrases, la richesse de ton vocabulaire, cette maîtrise de l'écriture! Bravo, tu es infiniment doué!cheers Je vais les relire plus attentivement prochainement mais, vraiment, je te lève mon chapeau!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flightwithme.blogspot.com/
ambre

avatar

Féminin
Nombre de messages : 412
Age : 28
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Mes textes   Lun 26 Mai - 19:21

wahouh, je viens enfin de lire tout !!!

bravo !!!!!

_________________
**... Baissez vos yeux mon divin Père, je ne suis qu'un grain de poussière... *

vanille tu me manques...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben

avatar

Masculin
Nombre de messages : 193
Age : 23
Date d'inscription : 21/05/2008

MessageSujet: Re: Mes textes   Lun 26 Mai - 20:54

Merci encore, encore et encore... Que c'est répétitif Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur-Louis
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 98
Age : 27
Date d'inscription : 06/02/2008

MessageSujet: Re: Mes textes   Mer 28 Mai - 3:13

J'ai pas tout lu, pas encore, mais c'est sûr que je finirai de tout lire.

J'adore vraiment ! A ton âge avoir une telle maîtrise du langage c'en est presque indécent !

On aurait presque du mal à croire que c'est toi qui les a écrit en vue de ton âge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mes textes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mes textes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lieder sur des textes de Heine et Kerner
» Textes de Jazz.
» Vos textes préférés
» Le blues, les textes et la poésie
» Belles illustrations des textes de J-P par JL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Fille D'Octobre :: Sur la Lune de la Culture :: La Bibliothèque-
Sauter vers: